En tant que propriétaire, si vous louez votre bien, il est important d’étudier attentivement votre fiscalité. Vos loyers vont engendrer des charges auxquelles on ne pense pas forcément à première vue lors de l’achat. Il est important d’avoir en tête que cela va générer des impôts et des prélèvements sociaux.  On se pose évidemment beaucoup de questions sur le calcul de l’impôt, la manière de déclarer, mais surtout trouver les meilleurs conseils pour payer moins d’impôts. Nous allons vous aider à y voir un peu plus clair.

Les régimes fiscaux possibles : 

 Louer votre logement nu vous offre le choix entre deux impositions différentes sur vos loyers. 

Premier choix : Le régime réel : 

 Ce premier choix vous permet de déduire de vos loyers les charges réelles de votre bien avant imposition. Dans ce cas, en plus de déclarer les loyers perçus, il faudra déclarer les charges que vous avez payées. Voici quelques charges déductibles :  

  • L’assurance habitation propriétaire non occupant.
  • Les travaux 
  • L’assurance emprunteur du prêt + les frais bancaires 
  • Les intérêts d’emprunts du prêt 
  • La taxe foncière ( Hors ordures ménagères qui sont à la charge du locataire)

Second choix : Le régime micro-foncier : 

 A la différence du premier choix, celui ci est le plus simple. En effet, il suffit simplement de déclarer les loyers perçus. Ainsi, avant de calcul de l’impôt, le fisc appliquera directement un abattement de 30 %. Ce qui revient à dire que les loyers imposés correspondent à 70% des loyers perçus. 

Il est important de bien faire la différence entre le régime réel et le micro foncier. Et pour vous aider un peu plus, si les taxes déductibles excèdent les 30 % des loyers, le régime réel sera alors plus intéressant. En revanche, si ce n’est pas le cas, ce sera le micro foncier qui sera exigé. 

L’imposition des loyers : 

En tant que loueur en logement nu l’imposition dépend de la fiscalité des revenus fonciers. Ce n’est pas le cas pour les logements meublés.

A noter que les revenus fonciers n’entrent pas le cadre du prélèvement à la source. Vos impôts seront calculés sur ces mêmes revenus fonciers et vous pourrez alors payer par acompte de manière trimestrielle ou mensuelle.  

Faire baisser vos impôts : 

Il est possible de faire baisser vos impôts, liés à votre placement immobilier dans l’ancien. Il existe plusieurs rouages afin de diminuer votre facture fiscale. De quoi optimiser votre investissement et gagner en rentabilité.

 Plus précisément il est possible de déduire de nombreuses charges de vos loyers. Comme les travaux et les intérêts d’emprunts par exemple. Dès lors que vos charges sont supérieures aux loyers, vous obtiendrez alors des déficits fonciers qui s’imputeront sur vos revenus globaux, entraînant une réduction d’impôt.

Il est aussi possible de bénéficier de dispositifs de défiscalisation tels que la loi Denormandie, la loi Girardin, les Fonds d’Investissement de Proximité (FIP) etc.

Nos experts sont qualifiés sur le sujet. Il est toujours conseillé de bien s’entourer et passer par l’intermédiaire d’un professionnel. Xperts Patrimoine peut vous accompagner dans vos démarches et ainsi vous orienter au mieux : C’est le meilleur moyen d’éviter de mauvaises surprises et ainsi s’assurer d’un placement optimisé bénéficiant des meilleurs avantages.